Suis-je intolérant(e) au gluten?

Suis-je intolérant(e) au gluten?

Presque inconnue il y a quelques années, l’intolérance au gluten est aujourd’hui dans toutes les bouches

Le “sans-gluten” est devenu un vrai marché et beaucoup de personnes sont amenés à se questionner concernant leur propre sensibilité à cette protéine (oui le gluten est la protéine de blé !)

Comme les informations sur le sujet sont assez floues, le manque d’information précise et de sensibilisation rendent cette intolérance d’autant plus mystique qu’on en comprend peu les symptômes.

Avant de devenir intolérante au gluten, je me posais déjà la question “Mais qu’est ce qu’on ressent lorsque l’on est intolérant au gluten ?” et “Comment on sait si on est intolérant ou pas?”

J’avais du mal à comprendre. Certes, j’avais 2-3 idées, comme le mal de ventre, les problèmes de digestion ou même le besoin de courir aux toilettes pour certains, mais j’avais du mal à comprendre et entrevoir l’étendu des symptômes possibles qu’une intolérance au gluten pouvait engendrer. J’allais bientôt être aidé par la vie 😉

J’avais la curiosité de comprendre mais du mal à imaginer l’enfer de que ce type d’intolérance pouvait provoquer, la difficulté sociale qu’éprouvait les personnes concernées et le véritable inconfort des symptômes en cas d’ingestion. Ce qui est drôle ? Aujourd’hui ce sont des questions qu’on me pose très souvent :

 

” Mais comment tu as su que tu étais intolérante ?
Et ça veut dire que si tu manges du gluten il se passe quoi ? “

 

Je tiens à rappeler que l’intolérance au gluten est différente de l’allergie au gluten (maladie coeliaque) qui touche 1% de la population et provoque des symptômes à l’ingestion du moindre grain de farine.

Cependant les intolérances peuvent être plus ou moins poussées, en fonction des sensibilités. Certaines personnes intolérantes vont supporter le gluten mais à petites doses, d’autres vont être très réactives à la moindre ingestion… Ce qui rend cette intolérance d’autant plus difficile à comprendre tant elle dépend de l’organisme et peut évoluer dans le temps.

 

LES SYMPTÔMES DE L’INTOLÉRANCE AU GLUTEN

Que vous vous posiez des questions sur une possible intolérance ou soyez juste curieux, je vais tâcher de reprendre dans cette article les signes qui peuvent faire penser à une possible intolérance au gluten.

  • Troubles digestifs (douleurs au ventre, diarrhée, constipation, ballonnements)
  • Vomissements 
  • Syndrome du colon irritable 
  • Amaigrissement
  • Perte d’appétit
  • Fatigue chronique (aggravé après les repas) / anémie / pâleur
  • Dépression, anxiété, troubles du sommeil
  • Difficulté à se concentrer, fatigue cérébrale, trou de mémoire… 
  • Crampes musculaires
  • Vertiges et engourdissements
  • Éruptions cutanées
  • Asthme, diabète, fatigue chronique, thyroïde, obésité ou maigreur.
  • Douleurs aux articulations
  • Pour les femmes : déséquilibre hormonal, infection urinaire, infertilité, règles douloureuses

 

COMMENT LA DIAGNOSTIQUER ?

  • Le médecin procède tout d’abord à un examen sanguin pour s’assurer qu’il ne s’agit pas d’une maladie coeliaque, avec des examens pour rechercher les anticorps spécifiques (les IgA anti-tranglutaminase)
  • Il réalise ensuite une biopsie de l’intestin grêle si besoin afin de repérer d’éventuelles lésions, signes d’une intolérance au gluten.
  • Si vous soupçonnez des intolérances à d’autres aliments, il est possible de se rendre dans un établissement spécialisé pour réaliser une prise de sang complète d’intolérances alimentaires qui vous donnera une idée des aliments auxquels vous êtes sensibles. Cet examen est cependant assez coûteux.
  • Si vous souhaitez tester votre intolérance simplement : il est possible de supprimer tout gluten pendant un mois et voir si les symptômes s’arrêtent. Si c’est le cas, vous pouvez vous mettre sur la piste d’une possible intolérance, aller consulter votre médecin et aviser.

 

Voilà, maintenant que j’ai pris le temps de poser tout ça sur papier, ça me permettra de balancer le lien à toutes les personnes qui me demandent, se posent des questions et souhaitent en savoir plus 😉

Non, c’est une blague, je pense que je continuerais gentiment de répondre que ça me déclenche un ensemble de douleurs (articulaires, musculaires) et une grosse fatigue… que c’est pas facile oui, de ne pas pouvoir manger de pain ou se rouler dans la farine mais qu’on s’y fait ! Que ce n’est pas dans la tête ou un phénomène de mode.

Et SURTOUT que “non, je n’en mangerais même pas un petit peu, même pour leur faire plaisir”  😉 

Sur ce, je vais aller courir dans un champ de blé (parce que ça je peux), et j’espère que cet article vous a plu.

Bonne journée,

Astrid



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *